Tiếng Việt
French

UN REPAS FRANCO-VIETNAMIEN SOLIDAIRE À L’HÔPITAL LAPEYRONIE

Notre première visite à l’hôpital Lapeyronie mais heureusement, nous n’étions pas ses patientes….

11h45, Place de la Comédie. Nous nous rejoignons avec empressement en demandant la santé de chacun.  C’est la première fois que l’on se retrouve après plusieurs semaines de confinement. Aujourd’hui nous sortons de nos maisons avec un but bien précis : venir en aide à l’hôpital CHU – Lapeyronie. Pour soutenir et remercier les médecins et soignants de leur engagement en cette période de pandémie, nous avons décidé de leur distribuer des repas vietnamiens préparés par Madame Hoa et Monsieur Journoud.

21

La première fois que nous sommes à l’hôpital en France

Nous sommes arrivés à l’hôpital à l’heure du déjeuner mais les médecins étaient encore en réunion. En attendant leur arrivée, nous avons gaiement discuté des semaines qui viennent de passer. Monsieur Journoud, caractérisé par un grand sérieux et beaucoup de sérénité, était très enjoué et n’a pas hésité à rebondir sur nos blagues.

3

Nous avons attendu les médecins tandis que nous venons à l’hôpital dans la pause à midi

4

La photo amusante de notre attente en attendant la fin de la réunion des médecins

Dès la fin de la réunion, les médecins et les soignants sont venus à la cantine pour se reposer et manger après une intense matinée de travail. Ils étaient très heureux de nous rencontrer, surtout après avoir senti l’odeur des plats vietnamiens !

M.Journoud a transporté les plats dans un très grand sac à dos de voyage qui aurait pu contenir au moins la moitié de l’univers. Le saviez-vous ? La super équipe Journoud-Hoa a préparé l’ensemble des repas, de l’étape des courses à celle de l’emballage final. Ensuite, nous avons mis les repas, les fourchettes, les cuillères et les verres à table pour que les médecins et les soignants puissent déguster les repas vietnamiens avant de reprendre le rythme soutenu de leur travail.

Ce moment de dégustation de la nourriture vietnamienne traditionnelle a donné du bonheur aux médecins et soignants. Tout en se régalant, ils ont partagé avec nous les expériences et les moments marquants dans leur carrière en médecine.

« Ils aiment tant la nourriture vietnamienne. Tout le monde trouve la délicatesse dans les repas. À ce moment-là, en voyant les repas que nos professeurs ont préparés de A à Z, la nostalgie et l’image du repas familial ont présenté dans la mémoire d’un ressortissant vietnamien. Nous nous sommes souvenues des repas à la cantine de ULIS. Des plats simples mais très nutritionnels qui nous permettent de recharger notre énergie pour reprendre les études le reste de la journée. Les repas quotidiens des Vietnamiens me manquent beaucoup », explique Ngoc Anh avec un grand sourire.

« Après le repas, nous avons rangé ensemble. Monsieur Sebane, le chef des médecins, nous a présenté l’hôpital. A l’extérieur, il y a des tentes dans lesquelles des lits d’hôpitaux et des équipements médicaux sont installés. Ils sont prêts à faire face à une situation plus grave. »

« À ce moment-là, même si la faim commençait à arriver, ce n’était pas important. J’avais la chance de découvrir le monde des soignants, ces « super héros » de l’ombre dont on ne parle pas assez mais qui sauvent nos vies. Leur courage est très impressionnant, ils sont prêts à mettre leur vie en danger pour venir en aide aux autres. Même si la fatigue et les difficultés sont très présentes, les visages révèlent de grands sourires et beaucoup d’optimisme. »

56 7 8 9 10 11

12

Cette expérience restera longtemps gravée dans ma mémoire. Quand je parlerai à mes amis et ma famille de ce moment, je leur dirai à quel point Madame Hoa était heureuse de voir le porc au caramel, le poulet au curry et les brownies être dégustés avec beaucoup de plaisir.  M. Journoud était très reconnaissant que M. Sebane ait pris le temps de nous faire visiter l’hôpital et de nous présenter l’équipe médicale. Et bien sûr, je dirais que, où que je sois, j’aimerais toujours pouvoir contribuer à la communauté.

Quelques réflexions sur la visite de l’hôpital par Ngoc Anh :

« Bien que l’épidémie ait perdu de l’intensité en France ces derniers jours, il faut tout de même poursuivre les efforts et respecter les gestes barrières. Pour exprimer notre gratitude aux soignants, nous avons apporté des plats vietnamiens à l’hôpital de Montpellier. Ces repas donnent beaucoup de force à ces héros de l’ombre.

Je suis très heureuse d’avoir pu participer à cette distribution. Les repas sont simples mais très nutritifs, c’est l’essentiel ! Cela leur apporte également un peu de courage et une petite parenthèse dans leurs quotidiens stressants et difficiles. Cette distribution de repas est une action qui transmet les valeurs de solidarité du peuple vietnamien ! Et, ce repas tous ensemble, était un beau moment de partage franco-vietnamien. »

13 14 15 16

Madame Nguyên Thanh Hoa, enseignante du Département de français (ULIS), l’Université de Langues et d’Études Internationales, Université Nationale du Vietnam à Hanoï

Monsieur Pierre Journoud, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Dô Ngoc Anh, étudiante en 3e année du Département de français (ULIS) en mobilité internationale à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, membre de l’Association 9316 kilomètres.

Nguyên Thi Dan Linh, étudiante en 4e année du Département de français (ULIS) en mobilité internationale à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, membre de l’Association 9316 kilomètres.

 

Bài viết liên quan
FacebookTwitterGoogle+Google Gmail
Loading...